Voyelles longues et courtes de l’anglais

Les voyelles de l’anglais s’opposent sur un axe paradigmatique entre voyelles longues ([ɪ:] [ɑ:] [ɔ:] [u:] [ɜ:]) et voyelles courtes ([ɪ] [e] [æ] [ʌ] [ɒ] [ʊ] [ə]).

De fait, il convient de marquer cette différence à l’oral, en respectant les longueurs des voyelles.

Or, cette distinction entre voyelles longues et courtes n’existe pas en français, d’où une tendance à ne pas toujours marquer suffisamment cette opposition.

De fait, le non respect de cette opposition engendre les mêmes dérives que pour le son [h], à savoir la création de mots (par exemple [siz], qui n’existe pas, au lieu de « seize » [sɪ:z] ) et le mélange de deux items de lexique qui ne s’opposent que par la différence de longueur d’une voyelle (par exemple « it » [it] et « eat » [ɪ:t]).

D’où, encore une fois, des risques de quiproquo si ces distinctions ne sont pas suffisamment marquées en interaction.

Les schémas suivants vous indiquent les points d’articulation des voyelles de l’anglais et du français, de façon à ce que vous puissiez vous entraîner et « expérimenter » ces différences…

doc2

doc1

Le système vocalique de l’anglais standard.

Sur le lien suivant, vous trouverez des exemples de productions non conformes aux attentes de l’anglais oral, fréquemment rencontrés dans les travaux oraux remis par les étudiants.