Comment éviter la confusion entre le génitif anglo-saxon et le complément du nom

Rappel

Le génitif exprime la possession. A ce titre, sa construction requiert la présence de deux éléments – dont un désigne le possédant et l’autre le possédé - et un « ‘s » qui sert à mettre en lumière ce rapport de possession entre les deux éléments.

Si nous prenons l’exemple du groupe nominal « John’s dog », nous avons bien deux éléments, avec un possédant (John) et un possédé (dog) et le « ‘s » qui souligne qu’il s’agit d’un rapport de possession. Nous pouvons donc traduire « le chien de Jean ».

Le complément du nom peut mettre le doute quant au type de construction à adopter, dans la mesure où, tout comme le génitif, il met en rapport deux éléments (par exemple « un match de football »).

Cependant, dans le cas du complément du nom, nous sommes en présence d’un élément ‘noyau’ (ici « match »), qui est suivi par un deuxième élément, servant à caractériser de manière plus précise l’élément noyau (d’où son appellation de complément du nom).

Ici, il aurait pu s’agir d’un match de basket, de handball ou de baseball – le sens de l’élément noyau reste identique.

Le ‘complément’ va donc nous renseigner sur le type de match dont il s’agit. Ici, un match de football.

De fait, il n’y a pas lieu de mettre un « ‘s’ » ici entre « match » et « football », puisque le match ne possède pas le football…

Coup de pouce

Une petite technique simple pour vous aider à déterminer s’il s’agit d’un génitif ou d’un complément du nom :

Dans le cas d’un génitif, il est légitime de remplacer l’élément référant au possédant par un pronom possessif correspondant,puisque, à juste titre, c’est cet élément qui possède. Ainsi, pour reprendre l’exemple de John’s dog, l’élément qui possède (John)pourrait être remplacé par hissans pour autant que le sens soit modifié. John’s dog devient donc his dog et le sens n’est pasaltéré.

En revanche, dans le cas d’un complément du nom, la même manipulation ne permet pas d’obtenir une expression avec un sens logique. Ainsi, l’expression A football game, que l’on serait amené à remplacer par its game en utilisant la même technique, n’aurait pas de sens, puisque, encore une fois, le football ne possède pas le match … Il ne s’agit donc pas d’un rapport de possédé à possédant, et, par extension, d’un génitif. Il n’est donc nullement nécessaire d’ajouter un « ‘s’ ».